18 juin 2008

Dommage

En cette date hautement symbolique pour moi (c’est la date d’anniversaire de feue ma tante, la soeur de ma mère, avant d’être celle de l’appel du Général de Gaulle), j’aimerais m’attarder sur un fait que j’ai constaté concernant les blogs. Il y en a certains qui restent en suspens depuis trop longtemps. Je me permets une comparaison avec une maison laissée à l’abandon, la poussière qui recouvre tout et les toiles d’araignées en moins, tout est resté en l’état, seul le compteur tourne encore et certains commentaires, de plus en plus rares, viennent s’ajouter aux autres.

Les auteurs de ces bouts de toile sont partis sans dire un mot, sans avertir personne, laissant les visiteurs réguliers et ceux de passage perplexes pour le moins et inquiets pour le plus. Quelles que soient les raisons de cet abandon, je trouve cela dommage parce que ces gens ont pris une certaine place dans ce monde virtuel et personne ne vient les remplacer, leur espace reste immuablement figé et pour ma part, je reste dans l’expectative d’un éventuel retour, de nouvelles choses à lire et/ou à regarder.

Peut-être ces gens ont-ils tourné la page avec cette partie de leur vie et ne veulent plus en entendre parler, ayant trouvé quelque chose de plus essentiel pour eux, mais le fait est que je reste sur ma faim, comme avec un livre entamé et que je n’aurais pas eu l’occasion de lire jusqu’au bout alors que l’histoire me plaisait beaucoup, voire énormément pour certains.

D’une certaine manière cela influence aussi ma manière d’aborder cet espace qui est le mien et que j’espère convivial. Je ne poste plus aussi souvent qu’avant (le fait d’avoir trouvé un job y est pour beaucoup, mais ce n’est pas une excuse), j’ai le sentiment, j’espère qu’il sera éphémère, que j’ai moins d’inspiration qu’avant, que les mots ne coulent plus aussi facilement de source, peut-être aussi parce que j’attends trop de trouver ce qui se rapproche au plus près de certains idées que j’ai, d’atteindre un idéal qui pourrait être hors de portée.

En passant en revue mes anciens écrits (au rythme des commentaires de Ludo), je me dis que ce que j’écris ces temps-ci n’est plus du même niveau que ce que j’écrivais à l’époque, ce qui me décourage parce que j’ai l’impression que les mots me deviennent étrangers et me motive en même temps parce que si j’ai commis des écrits dont je suis fière, c’est que je peux encore le faire, voire faire mieux.

Pour mon anniversaire, une quelqu’une, qui m’est très chère, m’a souhaité de garder cette sagesse qu’elle me croit posséder. J’avoue que je suis plus sage que jamais, mais je suis encore loin d’être aussi sage que je le voudrais ou que je pourrais l’être. Ce n’est qu’une question de temps.

J’espère, peut-être en vain, que ces gens vont revenir parce que ce serait vraiment dommage qu’ils en restent là, mais ceci n’est que mon humble avis, je ne prétends pas avoir raison et détenir la vérité absolue.

21:45 Écrit par Kardream | Commentaires (1)

Commentaires

bonsoir Kardream dans la vie réelle aussi on perd certaines personnes de vue parce qu'on n'a pas pris la même route
et puis...des mois, des années parfois, les routes se croisent à nouveau...
je crois qu'au niveau des blogs c'est plus ou moins pareil,
à bientôt

Écrit par : Animusiques/Gibritte/Macedoine | 18 juin 2008

Les commentaires sont fermés.