09 août 2008

En ce 9 août

Je pense que nous sommes sur cette Terre pour une durée trop limitée que pour nous permettre de nous pourrir la vie avec des rancunes empoisonnantes et que, même sans comprendre pourquoi les gens agissent comme ils le font, il faudrait, autant que faire se peut, leur accorder notre pardon. Je sais bien que c’est plus facile à dire qu’à faire et que certains comportements, agissements, attitudes, sont tellement abominables qu’elles n’incitent pas au pardon.

Je pense, l’actualité est, hélas, trop riche de ce genre d’évènements, aux parents du bébé qui a été tué par un lâcher de pierre en Corse ou aux parents du petit Valentin et je pense bien évidemment à ma mère, qui a été lâchement abandonnée par ses parents un 9 août alors qu’elle n’avait que 8 ans et que ceux-ci étaient dans une situation financière qui leur permettait largement de s’occuper de leurs 5 enfants. Je ne sais si ma mère a pardonné à son père, mais je sais qu’elle n’a pas pardonné à sa mère et je ne sais si elle y arrivera un jour.

Quant à moi, il y a quelques personnes auxquelles je suis sur le point d’accorder mon pardon, même si ces personnes n’en savent rien et ne s’en doutent même pas. Il y a les médecins qui ont incité ses parents à prendre la décision qui fut fatale à celle qui était pour moi comme une soeur et ces derniers, parce qu’ils pouvaient prendre une autre décision. Les médecins ont fait leur boulot et nul n’est à l’abri d’une erreur.

Quant aux parents, j’ai toujours pensé qu’ils avaient pris cette décision par égoïsme parce qu’elle était le seul lien qui les rattachait l’un à l’autre et parce que les propos des médecins les y avaient poussés et je le pense toujours, mais quelle vie l’aurait attendue si ses parents avaient pris une autre décision? Serait-elle restée dans le coma? Si oui, combien de temps? Si non, quelles séquelles aurait-elle subies? N’était-ce pas, en fin de compte, la meilleure décision à prendre pour elle (et non pas pour eux)? Je prie pour ne jamais avoir à prendre pareille décision.

En même temps, ils n’ont pas envisagé les conséquences, les dommages collatéraux comme les appellent certains. Cette décision a eu un impact considérable sur mon existence et à fortiori sur celle de mes parents et de mon frère. Ce cauchemar, toujours le même, qui a peuplé les nuits de mon enfance : la classe de première primaire où les meubles étaient contre les murs, laissant le maximum d’espace dans la pièce, des gens habillés en noir, en rangées des quatre côtés, regardant ce qu’il y avait au milieu, moi, me faufilant pour voir ce que c’était et, horreur, il y avait des grenouilles qui se décomposaient en un liquide visqueux et se transformaient ensuite en poussière pour disparaître totalement et chaque fois qu’une disparaissait, une autre apparaissait pour subir le même sort. Depuis ce temps, j’ai les grenouilles en horreur, alors que je sais qu’elles n’en peuvent rien, mais c’est plus fort que moi. Même leur coassement me donne des frissons.

Je sais bien que j’ai écrit en janvier que je n’avais rien à pardonner, à personne. Je n’ai pas menti. Au moment où j’ai écrit ces mots, c’est ce que je pensais. J’estimais que je n’avais pas à leur pardonner, mais qu’ils avaient à se pardonner eux-mêmes, les parents et les médecins. Je pensais à cette période que je ne leur en voulais plus, mais j’ai constaté depuis que ce n’est pas tout à fait vrai. Ils sont en grande partie responsables de ce que je suis devenue et je ne saurai jamais ce que j’aurais pu être si leur décision avait été autre et pour cela, je leur en veux encore un peu.

Je veux avant tout me concentrer sur le présent et je sais que cela ne sera vraiment possible que si je suis en paix avec le passé et pour cela il faut que je leur pardonne, à tous. Là-dessus, je pense que j’aurai moins de mal que ma mère n’en aura vis-à-vis de ma grand-mère.

En ce 9 août, et donc avec deux jours d’avance, mais je n’en aurai probablement pas le temps le jour venu, une pensée pour mon grand-père, disparu voilà 19 ans. Le temps passe décidément beaucoup trop vite!

22:07 Écrit par Kardream | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.