16 août 2008

Aux portes de l'aurore

Aux portes l’aurore, à l’heure où le monde s’éveille

Quand la nuit gaspille ses dernières forces en vain

Face à la lumière qui prend ses quartiers au soleil

Lorsque le jour s’instille peu à peu dans le matin

La tendresse de ce printemps naissant est ma sève

Je me sens telle un peuplier, toutes branches au vent

Chacune de mes feuilles est une partie de mon rêve

Puzzle éparpillé au gré des directions des courants

Les mots ruissellent en torrents de douces félicités

Ils coulent de ma plume pour former des histoires

Qui regorgent de trésors, de charmes et de raretés

De celles que d’autres garderaient dans les tiroirs

Je leur donne vie pour qu’ils ne soient pas oubliés

Ma modeste contribution à la marche de ce monde

Pour ouvrir vos yeux frappés de cécité, atrophiés

Pour vous faire chérir et savourer chaque seconde

Pour vous faire apprécier la nature merveilleuse

Du ciel clair un matin d’été à la brume automnale

Rassembler les pièces du puzzle, garder l’âme rieuse

Pour m’endormir aux portes du royaume vespéral

18:41 Écrit par Kardream | Commentaires (2)

Commentaires

j'aime beaucoup Kar... C'est très beau...tendre...merci de ce partage...bises

Écrit par : sashana | 20 août 2008

Bonjour Kar Comment vas-tu ma chère Kar.
Un passage amical et un bisou itou.
Duke

Écrit par : DUKE | 22 août 2008

Les commentaires sont fermés.