23 septembre 2008

Romy Schneider

Comment, en ce jour où elle aurait dû fêter ses 70 ans si la vie ne s’était pas jouée d’elle, ne pas évoquer celle qui, pour moi, est et restera l’actrice qui m’aura le plus touchée, bouleversée, éblouie par sa beauté et son immense talent? Romy disait d’elle-même qu’elle n’était rien dans la vie, mais tout à l’écran. C’est un joli mensonge parce que pour être tout à l’écran, il faut être sacrément quelqu’un dans la vie de tous les jours.

Je ne suis pas spécialement fan des Sissi, je préfère nettement ce qu’elle a tourné par la suite, à partir de 1958, surtout les films où on entend sa vraie voix et non celle de Gilberte Aubry.

Elle aura connu le plus grand des bonheurs (la naissance de ses deux enfants) et le pire malheur qui puisse arriver à quelqu’un (perdre son fils). Dans La Passante du Sans-Souci elle écoute un enfant du même âge que son fils jouer du violon et les larmes coulent sur son si beau visage qu’il a été décidé qu’il fallait garder cette scène-là, même si au départ il n’était pas prévu qu’elle pleure. A cet instant précis, ce n’était plus l’actrice, mais la femme qui était devant la caméra et Jacques Rouffio, qui réalisait le film, a immortalisé cet instant d’intimité qu’on ne peut regarder sans pleurer soi-même.

Romy Schneider a énormément souffert la dernière année de sa vie et je comprends la décision du commissaire de police de ne pas procéder à une autopsie et d’en conclure que son coeur a lâché, ce qui est le cas.

9782844591760

 

 

 

 

13:08 Écrit par Kardream | Commentaires (2)

Commentaires

bonjour un petit bonjour en passant...
j espere que tu vas bien....
merveilleuse journée a toi....
coeurdenfant
http://coeurdenfant.skynetblogs.be/

Écrit par : COEURDENFANT | 28 septembre 2008

C'est un très bel hommage Ce fut un réel plaisir de le lire
Bonne soirée à toi
Pascale

Écrit par : Pascale | 12 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.