27 décembre 2010

Les griffes du temps

Les griffes du temps ont déchiré le rideau de la nuit

Faisant saigner mon coeur, faisant pleurer mes yeux

Je les avais déposés aux pieds de ton corps endormi

En attendant ton réveil, comme un cadeau des cieux

Mais le matin ne viendra jamais exaucer mes prières

Je ne suis près de toi que dans le creux de mes rêves

L'aurore est brûlée par le sel de mes larmes amères

Et coulent mes espoirs, frêles esquifs privés de sève

Cette noyade, répétée chaque matin, me laisse vide

Je cherche ta compassion dans le bleu de ton regard

Mon désir de toi grandit chaque jour, rien ne le bride

Mon amour est un incendie consumant ma mémoire

En dehors de toi, dans ma vie, plus rien ne subsiste

Tu es mon seul horizon, mon phare dans l'obscurité

Tu es mon tout, mon idéal, c'est par toi que j'existe

Si je devais te perdre, mon coeur pourrait s'arrêter

20:40 Écrit par Kardream | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.