22 avril 2011

Et au final

J'ai trempé mes doigts dans l'or liquide

J'ai esquissé le pourtour de ton corps intrépide

J'ai sculpté chaque détail de ton enveloppe

J'ai caché mon oeuvre aux regards interlopes

J'ai attendu le résultat de la fusion du métal

J'ai observé chaque seconde et au final

J'ai contemplé l'étalon-or de mes désirs

Que je n'échangerais pas pour un empire

Le parangon de mes attentes les plus secrètes

Avait tes yeux, ton nez, ta bouche, ta tête

Je n'avais rien oublié, jusqu'au moindre cil

Mais je me suis réveillée à quatre heures pile

Arrachée à ce rêve avec une telle cruauté

Que je n'ai même pas pu crier ou pleurer

J'ai regardé naître le matin, froid et blême

Et mon coeur voulait te crier 'je t'aime'

22:23 Écrit par Kardream | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.