22 mai 2011

Quand s'est vidée la piste

Le soleil, ce matin, ne s'est pas levé

Le monde m'est apparu, inhabité

J'ai cherché des yeux le bleu du ciel

Et sur mes lèvres, le goût du miel

Tout était en demi-teintes, décoloré

Plus de saveur, la vie était édulcorée

Le jour m'a semblé tellement triste

Un cirque quand s'est vidée la piste

C'est de ma fenêtre que je vous écris

Tous ces mots que je tais, ces non-dits

J'imagine mes mains sur votre corps

Le feu de la passion qui me dévore

Qui me fait verser tant de larmes

Pour avoir succombé à vos charmes

J'ai laissé mon devenir en suspens

Ces mots brûlent : je vous aime, tant

21:58 Écrit par Kardream | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.