11 décembre 2011

Quand la nuit s'éteint

Quand la nuit s'éteint et que le jour met un terme à mes rêves

Que me reste-t-il de ces instants où je peux goûter vos lèvres?

Une mer de larmes ne suffirait pas pour étancher mes peines

Un poison trop violent court, éperdu, dans le creux de mes veines

Il a pour nom l'Amour, avec un A majuscule, qui paraît bien petit

Quand on voit la place qu'il a pris irrémédiablement dans ma vie

Le soir de décembre ne tombe jamais assez tôt à mon goût

Je voudrais prolonger la nuit, seul espace où je suis près de vous

Le jour est voué à être maudit, lente litanie de minutes inutiles

Dommage que je ne puisse le détruire au moyen d'un missile

Je n'hésiterais pas à utiliser l'arme nucléaire pour l'anéantir

Mais je sais bien qu'elle serait inefficace, je ne vais pas me mentir

Le jour est devenu, par la force des choses, mon intime ennemi

Me privant de précieuses minutes avec ma grande amie la nuit

Celle où je vous retrouve, vous contemple, vous découvre même

Celle où mon coeur n'a plus peur de vous dire qu'il vous aime

20:57 Écrit par Kardream | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.