19 février 2014

Les houles marines

Les yeux grands ouverts, je laisse les lueurs de l'aube pénétrer ma rétine

Et mon cœur être peu à peu envahi par les pâles rayons d'un soleil timide

Mon corps est tel un bateau bercé trop longtemps par les houles marines

Linceul aquatique et muet pour des milliers d'amoureux des mers virides

L'air que je respire ne sert qu'à me maintenir dans un état de simple survie

La nourriture que je porte à ma bouche semble toujours avoir le même goût

Il y a des voix dans ma tête, qui me murmurent des choses ou bien qui crient

La vie me paraît se dérouler immuablement dans une zone étrange de flou

Je suis comme un funambule sur un fil, sur le point de tomber, en déséquilibre

L'appel du vide est séduisant, et celui de la lumière l'est au moins tout autant

Il me faudrait briser les chaînes qui m'empoisonnent, pour être enfin libre 

Et mener ma vie selon mon bon vouloir, exactement comme je l'entends

 

15:05 Écrit par Kardream | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.