22 octobre 2016

Tout à coup

Mêlant mon regard à celui de la nuit

Où les étoiles lointaines vous épient

Je vois éclore en vos seins des idées

Qui s'entrechoquent, désarticulées

Et qui, tout à coup, prennent corps

Quand votre envie point ne dort

Mêlant mon souffle à celui de la nuit

Où les loups hurlent à la Lune qui luit

J'ouïs sourdre le cours de vos pensées

Qui s'entrecroisent, déstructurées

Et qui, tout à coup, prennent forme

Avant que vos corps ne s'endorment

Mêlant mon âme à celle de la nuit

Où l'immensité sidérale est infinie

Mes idées et mes pensées dérivent

Et s'entremêlent jusqu'à une rive

Où une rivière de mots s'épanche

Ne laissant jamais place à la page blanche

 

19:54 Écrit par Kardream | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.