19 septembre 2017

Aimer, c'est ...

Aimer, c'est comme une blessure qui grandit dans le coeur

C'est une déchirure que rien ne peut refermer ou apaiser

Aimer, c'est compter chaque minute de chaque heure

Jusqu'à la prochaine étreinte, jusqu'au prochain baiser

Aimer, c'est un tourbillon qui détruit tout sur son passage

Ne laissant que l'illusoire espoir que cet amour disparaisse

Aimer, c'est ériger soi-même les barreaux de sa cage

Se croyant à l'abri derrière les murs de cette forteresse

Aimer, c'est s'oublier pour ne plus penser qu'à l'autre

Parce que c'est son bonheur qui est à l'origine du nôtre

Aimer, c'est croire que perdre l'autre fera tout s'arrêter

Qu'il n'y a pas de vie possible sans l'autre à nos côtés

Aimer, c'est sans doute l'un des plus doux poisons

Qui nous leurre, nous fait nous bercer de tendres illusions

Aimer, c'est ce qui fait que l'on vit, que le coeur bat

Et si l'on doit se perdre, je sais que l'on se retrouvera

19:58 Écrit par Kardream | Commentaires (0)

Canada

Mon coeur est de Belgique, où je suis née

Et toi, Canada, mon âme, tu l'as volée

La beauté de tes paysages grandioses

Et le Saint-Laurent, c'est l'apothéose

Canada, tu as dérobé une partie de moi

Qui vis à six mille kilomètres de toi

Je garderai toujours dans mon coeur

Le souvenir vivace de ta chaleur

C'est sûr, je reviendrai à Montréal

J'irai admirer la vue du Mont-Royal

Je reviendrai à Québec aussi

Et j'irai faire un tour en Gaspésie

Il y aura, pour un temps, sur ma table

Une bouteille de sirop d'érable

Dans ma mémoire il y aura surtout

Pour ton accent un amour fou

 

                                   16 septembre 2017, Canada

19:49 Écrit par Kardream | Commentaires (0)

Au naturel (à Lucie)

Elle est pas botoxée

Ses seins, ce sont les vrais

Dans son regard d'acier

On lit la vérité

Sous sa robe fendue

Il y a des jambes nues

La courbe de ses cuisses

Sous sa robe qui glisse

Un parfum de délice

Un désir qui s'esquisse

Se débride l'imagination

Les pupilles en dilatation

Le signe évident s'il en est

Du drôle d'effet qu'elle fait

Car c'est au naturel

Qu'elle est encore plus belle

 

                                    14 septembre 2017, Canada

19:43 Écrit par Kardream | Commentaires (0)

L'aube d'un matin blanc

Quand le soir est tombé et que le froid a envahi la campagne

Les flocons virevoltaient comme des étoiles de glace

Les sapins frissonnaient sous leur épais manteau neigeux

L'hiver régnait en maître sur la vallée presque endormie

Un jeune type en ski-doo qui n'avait pas sommeil

Est passé à toute allure devant la maison de Réjean

Le brave homme a juré et réveillé Jasmine, sa blonde

Qui a juré aussi, le ski-doo était hors de vue, loin déjà

Quand le jour s'est levé et que le soleil a souri sur la campagne

Du ski-doo de la veille on ne voyait plus la moindre trace

La neige avait recouvert les sillons de son parcours périlleux

La vallée s'ébrouait, la mémoire pleine des rêves de la nuit

Réjean et Jasmine avaient déjà oublié les jurons de la veille

Par la fenêtre ils ne voyaient que l'aube d'un matin blanc

Qui est pareil pour tout le monde à des milles à la ronde

Que le temps a figé, parangon que l'on égale pas

 

                                        13 septembre 2017, Canada

19:37 Écrit par Kardream | Commentaires (0)

ça

J'ai attrapé ça

Comme on attrape un rhume

Sauf qu'on s'en défait pas

Quand se dissipe la brume

Ça, c'est un tourbillon

Qui tournoie sans cesse

C'est une douce chanson

Qui chasse la tristesse

C'est un désir sauvage

Au fond de mes prunelles

C'est la courbe du temps

Qui dévie de son axe

Comme gronde un torrent

Quand ma vie se désaxe

C'est un feu de Bengale

Qui brûle dans mes veines

Une passion ancestrale

Qui, dans mon sang, se déchaîne

Ça, à l'abri de mon coeur

Grandit chaque jour qui soit

Et me brûle d'une ardente chaleur

Quand tu es dans mes bras

 

                                  12 septembre 2017, Canada

19:28 Écrit par Kardream | Commentaires (0)

Aujourd'hui, maintenant et ici

Trop de mots se bousculent à l'orée de mes lèvres

Des pensées viscérales qui cognent dans mon coeur

Et viennent secouer le frèle esquif ourlé de fièvre

Qui se débat dans un fleuve de joie mêlée de peur

Les minutes s'égrènent en chapelets de couleur

Et font sonner les cloches d'une fougue trop longtemps réprimée

Qui se brise sans cesse au carillon des heures

Dont le temps, seul, est le maître des clefs

Ma bouche ne dira rien des tourments de mon coeur

Elle sait si bien se taire lorsqu'il faudrait parler

J'entends chuchoter un éclat de bonheur

Peut-être que je vais pouvoir me libérer

Laisser s'échapper de mon coeur cette tristesse

Qui me tue, me ronge, m'épouvante et me blesse

Pour cueillir les rayons du soleil de la vie

Et sourire aujourd'hui, maintenant et ici

                  

                                               10 septembre 2017, Canada

 

19:19 Écrit par Kardream | Commentaires (0)